Karatekinder

Les plus importants de la Thaïlande

La meute Karen vit dans des villages à l’abri près de Chiang Mai. Venant du Tibet, ils ont modifié leur trajectoire peu à peu vers la frontière birmano-thaïlandaise. Les Karen ont un dialecte, qu’ils peuvent écrire et qu’ils apposent sur papier. La meute Karen a amplement vécu en autosuffisance dans des villages à l’abri, isolément des processus de modification. Ils subsistent de la pêche et beaucoup n’ont définitivement jamais absenté leur coutume.

Le tissage, un doigté ancestral Karen

Les meufs Karens ont appris pendant des centaines d’années l’expertise du stylisme, une révolution. Les habits traditionnels sont fabriqués par leurs mains. La technique est fondée sur l’agencement de bouts de bois au travers d’un ensemble de fil de coton. Les meufs changent seules les fils de coton à l’aide de pigments minéraux ou d’extraits de plantes.

La coopérative tisserande de la communauté des Karens

Montée au XXIème siècle, la coopérative tisserandes offre la chance aux tribus Karens d’avantager la prise en main traditionnelle du tissage pour accéder à de nouveaux revenus. Plusieurs animations qui vont de pair sont développées avec un commerce coopératif : le fil, commandé en masse dans les plaines, est proposé à l’achat dans le village à un prix diminué de 40% du prix pratiqué et avec l’aide d’une mutuelle de vendeurs : les meufs Karens se regroupent pour répondre aux demandes de coton qui viennent de la plaine.

Une gouvernance des Karens

Les meufs Karens se rassemblent tout le temps pour décider toutes ensemble les grandes décisions. Elles sont dirigées par un groupe de 3 responsables distinguées. La coopérative est un désir d’entreprise sociale et tout le bénéfice est réinvesti dans son accroissement.

Offrez notre bague argent réalisation ancestrale dans la Thaïlande